Le genévrier, sa petite baie vous étonnera!

Si vous n’arrivez pas à venir à bout d’une cystite, c’est la baie de genièvre qu’il vous faut ! mais elle est aussi imparable pour chasser les gaz intestinaux.

Un redoutable antiseptique
Lorsqu’une épidémie de peste survenait dans un village, on courait chercher des baies de genièvre pour combattre la progression de la maladie. Les apothicaires du Moyen Age avaient donc largement devancé les études très sérieuses publiées depuis, qui démontrent l’action antiseptique du genévrier. Encore bien au-delà, on a retrouvé des baies de genièvre dans des auges en pierre datant de la Préhistoire.
Ce n’est pas étonnant car son efficacité est réelle. Pour éliminer les bactéries du système urinaire, il fait d’ailleurs partie des plantes les plus puissantes ! son autre effet majeur est de stimuler efficacement l’élimination urinaire. Ce double effet, antiseptique et diurétique, est souvent radical pour enrayer une infection urinaire débutante. Tellement efficace qu’on peut même en attendre de bons résultats en cas de cystite résistante aux antibiotiques.
On l’emploie toujours sur une courte période car son effet drainant est tellement puissant qu’il irriterait, au long cours, l’arbre urinaire. De fortes doses prises trop longtemps pourraient même faire apparaître du sang dans les urines. Rassurez-vous, aucun risque sur une courte période. Notons simplement qu’il est contre-indiqué en cas d’insuffisance ou d’inflammation rénale diagnostiquée par un médecin. Et bien entendu, consultez un médecin si la cystite évolue mal au-delà de 3 jours.

On ne le met pas par hasard dans la choucroute !
Mais son effet antibactérien n’intervient pas seulement sur l’arbre urinaire. Traditionnellement, on employait aussi le genièvre pour les infections pulmonaires diverses et même la tuberculose. Il semblerait qu’il inhibe la prolifération bactérienne de façon générale par le biais du sang, tout en agissant sur les bactéries pathogènes de l’intestin. Le genièvre est donc très utile pour réguler la flore intestinale et éviter la formation de gaz et de ballonnements. C’est aussi son effet carminatif (qui chasse les gaz) qui fait son intérêt dans la choucroute. Ne faites donc pas l’erreur d’oublier les baies de genièvre ! le genévrier est aussi un stimulant de l’estomac et de la digestion en général. Les principes amers qu’il contient augmentent les sécrétions digestives, ce qui favorise la dégradation des aliments.

Domptez la baie !
Pour éradiquer une infection urinaire qui débute, placez une bonne cuillère à café de baies fraîchement écrasées dans une tasse d’eau bouillante. Laissez infuser 20 minutes à couvert. Buvez 2 à 3 tasses par jour durant 5 à 7 jours pas plus. On peut aussi opter pour un extrait hydroalcoolique à raison de 20 à 30 gouttes 2 à 3 fois par jour à diluer dans un verre d’eau sur la même durée.
Contre les fermentations intestinales, l’usage alimentaire pourra suffire à raison d’une dizaine de baies chaque jour, dans les plats ou à mâcher directement. Si l’on veut profiter des bienfaits drainants du genévrier, on peut suivre des cures longues avec ses jeunes pousses en macérât glycériné. Elles seront idéales pour un drainage plus doux des fonctions rénale et hépatique. Sous cette forme, il aura même un effet protecteur et régénérant cellulaire.

Précautions d’emploi : ne pas utiliser la baie de genièvre en cas d’insuffisance rénale, en cas d’inflammation rénale ou gastrique. Contre-indiquée durant la grossesse. Toujours utiliser sur une courte période.

Le genévrier, sa petite baie vous étonnera!

Laisser un commentaire